dimanche 19 mars 2017

Nous les passeurs


NOUS LES PASSEURS
Marie Barraud
Edition Robert Laffont
Très belle lecture !


Résumé

Qui est ce grand-père dont personne ne parle ? Marie, devenue une jeune femme, décide de mener l'enquête, de réconcilier son père avec cet homme disparu à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Albert Barraud, médecin, fut un résistant, arrêté par les Allemands. Marie découvrira son rôle protecteur auprès des autres prisonniers. Destin héroïque d'un homme qui consacra sa vie aux autres jusqu'à sa disparition en mai 1945, sur le paquebot Cap Arcona bombardé par l'aviation britannique... Au terme d'un voyage vers la mer Baltique avec son frère, Marie va défaire les noeuds qui entravaient les liens familiaux.

Première phrase : Lorsque je me suis lancée dans l'aventure folle de l'écriture de ce roman, je ne réalisais pas à quel point ma petite existence allait en être considérablement bouleversée.


Ce que j'en pense

Les livres qui renferment des histoires de famille ne sont pas ceux que je lis le plus, pourtant ils savent bien souvent me toucher. J'ai voulu découvrir celui-ci en particulier car l'autrice y parle de sa propre famille, marquée par la Seconde Guerre Mondiale.

Les mots de Marie Barraud vibrent par leur intensité. Elle cherche à dissiper les brumes et les non-dits entourant la disparition de son grand-père, Albert, victime de la Seconde Guerre mondiale. Lors de ce voyage, elle découvrira enfin ce grand-père dont elle n'a connu que l'ombre, omniprésente, planant sur les relations familiales. J'ai été particulièrement sensible à leur rencontre, à la sérénité que celle-ci lui a enfin apportée.

Le récit n'est pas linéaire, il suit les méandres de l'émotion et de la mémoire, et c'est un bien joli fil conducteur que celui-ci. On perçoit le besoin presque viscéral de l'autrice d'organiser son livre de cette manière et c'est grâce à cela que, nous lecteurs, pouvons vraiment vivre son histoire. C'est ce qui nous permet, également, de ressentir l'authenticité du texte.

Ce livre est une très belle déclaration d'amour à son père, ce père qui a souffert de l'absence de son propre père. Marie Barraud, en lui livrant ses mots, lui a permis de comprendre qu'il n'avait pas été abandonné, qu'Albert avait toujours été là. La dernière page est une lettre que le père de Marie lui adresse après avoir lu son manuscrit, comment vous dire, c'est une explosion d'émotions. Tout l'amour contenu dans ce livre s'y exprime.

Comme bien souvent lorsque je vis davantage un livre que je ne le lis, il m'est difficile d'en parler ensuite et je suis bien peu satisfaite de ces quelques mots devant l'immensité de ce que j'ai pu ressentir à sa lecture. J'espère tout de même vous convaincre que c'est un texte magnifique, à découvrir absolument.

1 commentaire:

  1. Merci pour ta chronique, j'ajoute ce roman à ma whishlist! Je pense qu'il peut me plaire :)
    Belle journée.

    Elodie
    http://lafoliedesmotsetdesimages.blogspot.fr/

    RépondreSupprimer